Archives de catégorie : La vie du CNAC

Visite aux Ateliers Louis Vuitton

Hier, avec quelques collègues parlementaires, nous avons été invités à une visite des ateliers Louis Vuitton.

Louis Vuitton est une des marques les plus connues, et les plus contrefaites aussi.

Une qualité de très haut niveau dans l’ensemble des travaux : menuiserie, peausserie, serrurerie, entoilage au célèbre monogramme. Des artisans de la plus haute qualité et une contribution considérable à l’exportation française.

Grand écran: trafic de médicaments, mort au tournant

Le 7 octobre, La chaîne parlementaire (LCP) a diffusé, dans le cadre de l’émission Grand écran, un documentaire sur le trafic de médicaments.

Présentée par Valérie BROCHARD, l’émission s’est poursuivie par un débat auquel j’ai participé avec le directeur général des douanes et droits indirects (DGDDI), Rodolphe GINTZ, et l’un des réalisateurs du documentaire, Ted ANSPACH.

L’émission sera rediffusée sur la TNT le samedi 13 octobre (14h), le dimanche 21 octobre (16h01), le dimanche 4 novembre (21h), le samedi 10 novembre (14h) et le dimanche 18 novembre (16h).

Vous pouvez la visualiser en cliquant ici.

Le nombre de contrefaçons saisies aux frontières extérieures de l’UE a baissé de près d’un quart en 2017

Le 27 septembre, la Commission européenne a publié son rapport annuel sur le contrôle, par les autorités douanières de l’UE, du respect des droits de propriété intellectuelle (DPI).

L’an dernier, les autorités douanières européennes ont intercepté plus de 31 millions d’articles contrefaisants, soit une baisse de 24,4% par rapport à l’année précédente. Dans la majorité des États membres, le nombre d’articles saisis est en baisse, à l’exception notamment de la Finlande (+2.185% par rapport à 2016), de la Lettonie (+223%), de la Pologne (+211%), de l’Autriche (+203%) et de la France (+118%).

Selon la Commission, « une proportion beaucoup plus élevée des marchandises saisies […] est maintenant constituée de produits du quotidien que la contrefaçon rend potentiellement dangereux, tels que des produits de santé, des médicaments, des jouets et des appareils électriques » (43% en 2017, contre 34,2% en 2016 et 25,8% en 2015).

Les produits alimentaires figurent désormais en tête des articles saisis (24%). Ils sont suivis par les jouets (11%), les cigarettes (9%) et les vêtements (7%).

La Chine reste le principal pays d’origine des contrefaçons (73% des articles saisis). Elle est suivie par Hong Kong, la Turquie, le Vietnam, la Syrie, l’Inde et l’Égypte. La Moldavie arrive en tête pour les contrefaçons de boissons alcoolisées. Les fausses boissons non alcoolisées proviennent principalement des États-Unis. La Turquie est le premier fournisseur de vêtements de contrefaçon. Hong Kong et la Chine figurent en haut de la liste pour les contrefaçons de téléphones portables et accessoires, de cartouches d’encre et de toners, de CD/DVD et d’étiquettes, vignettes et autocollants. Quant à l’Inde, elle constitue toujours le principal pays d’origine des faux médicaments.

Les articles saisis sont principalement entrés dans l’UE par voie maritime (65%). Le transport aérien a été utilisé pour 14% des marchandises contrefaisantes. La troisième place est occupée par le fret postal et le fret express (11%), qui sont utilisés principalement pour des articles commandés en ligne (chaussures, vêtements, sacs, montres, etc.).

Dans 90% des cas, les produits saisis ont été détruits ou une procédure judiciaire a été engagée pour caractériser l’infraction ou mener à bien une procédure pénale.

Lors de la présentation du rapport, le commissaire chargé des affaires économiques et financières, Pierre MOSCOVICI, a notamment déclaré que « stopper l’importation de contrefaçons dans l’UE permet […] de soutenir l’emploi et l’économie dans son ensemble ».

Vous pouvez consulter le rapport en cliquant ici.

Conférence annuelle de l’association MARQUES: mon intervention

Le 19 septembre, j’ai prononcé un discours à l’occasion de l’ouverture de la conférence annuelle de l’association MARQUES.

Créée en 1986, MARQUES est une association européenne qui représente et défend les intérêts des titulaires de marques. Elle est actuellement présidée par Gregor Versondert (Procter & Gamble).

Cette année, la conférence avait pour thème « Branding Style: Appearance, Aesthetics and Éclat ». Elle a réuni pas moins de 900 participants.

Vous trouverez, ci-dessous, la synthèse ainsi que le texte de mon intervention.

Mr Richard Yung, Senator representing French citizens established outside France and President of the National Anti-Counterfeiting Committee (CNAC), was the first speaker at this year’s MARQUES Annual Conference in Paris.

Senator Yung discussed the roles that brands play in guaranteeing quality and prestige, and the contribution they make to the European economy. He also noted how they can supplement or substitute other forms of protection, such as geographical indications, citing the example of espadrille manufacturers in the Basque region of France.

But the Senator noted that there are several threats to brands. These include plain packaging for cigarettes, introduced in France in January 2017, which he said “creates a dangerous precedent” and “is a drawback”. Other areas of concern he mentioned were Brexit, and the hijacking of brands on the internet by keyword advertisers. “It is urgent we take action on this,” he argued.

Finally, Senator Yung said he would like to see an IP Court created in France similar to the IPEC in the UK, to facilitate SME access to justice and simplify resolution of small disputes.

Ladies and gentlemen,

First of all, I want to thank the association MARQUES for their invitation. It is an honour and a pleasure to speak to you this morning.

A few days ago, the French daily Le Figaro published an article entitled “These brands that you pronounce without knowing it”. It shows, if it was still necessary, that brands are part of our daily lives, so much so that some of them have become French common names. This is the case, for example, of Frigidaire, Botox, Caddie, Chamallow, Tupperware, Sopalin and Kleenex.

In this respect, I observe that few French brands are among the brands that have replaced common names. This observation is all the more surprising as many of our country brands enjoy an international reputation.
France is, indeed, a country of brands. Every year, more than 90,000 brands are registered with the INPI. The EUIPO’s registry also includes many European brands of French origin.
France is also one of the most beautiful brands in the world! Since 2010, the Pro France organization is in charge of promoting it – with more or less success – thanks to the label “Origine France garantie”.

Like the France brand, the trademarks, commercial or service brands convey a story and an imagination. They represent benchmarks for consumers, who see them as the guarantee of a certain quality, even a certain prestige. Brands are also a key component of the value of companies, which is increasingly based on intangible assets. This is the logical consequence of the tertiarization of our economy. It is sometimes difficult to evaluate the weight of intangible assets. Some believe that the brand represents, on average, 18% of the value of a company. Its importance should not be neglected by those who create companies, starting with the creators of technology companies, who sometimes focus their efforts on the protection of their inventions and neglect the protection of their brand. Still, the brand is an essential link in the economic success of a company. In particular, it makes it possible to value investments in R&D and innovation.

In addition, brands contribute positively to the European economy. According to a report published in 2016 by EUIPO and the EPO, the sectors that have an extensive use of brands generate 21% of all jobs in the EU and 36% of the EU GDP. They are also high exporters. In 2013, the EU had an external trade surplus of 14.5 billion euros in these sectors, which, in addition, offer wages 48% higher than those offered by other sectors. In France, they generate 18% of all jobs and 35% of GDP.

Brands occupy such an important place that they sometimes constitute an alternative to protection by other intellectual property rights. The collective brand can thus be a substitute for protection by a geographical indication. For example, manufacturers of espadrilles in the Basque province of Soule, who, having not obtained a GI, wish to reactivate the Mauléon brand, which is already on the INPI register. The three-dimensional brand, for its part, constitutes an alternative to protection by the model. To take just one example, the company Opinel asked for and obtained the registration of a three-dimensional brand for its knife No. 8, the model of which could not be filed with the INPI.
I would now like to discuss the threats that brands face.

The introduction of the neutral pack of cigarettes creates a dangerous precedent. In 2015, I strongly opposed this measure and tried to convince the previous government that a brand is not just a name. In the Senate, an amendment I had introduced was approved to substitute a strict transposition of the 2014 directive to the neutral package provision. It was later restored by the National Assembly before being declared constitutional.
Since 1st January 2017, only neutral packs of cigarettes are allowed for sale. In addition, advertising for tobacco products is prohibited at the point of sale. The result is that figurative marks related to tobacco products are no longer allowed!
The breach opened by the neutral pack of cigarettes must be plugged as soon as possible
. To that end, it is important to remember that neutral packaging presents a risk of distortion in competition. In the absence of a distinctive sign, the recognition of brands is based on their prior reputation, which ensures a premium for dominant brands and prevents the arrival of new players.

Another threat is the hijacking of brands on the Internet. My attention has recently been drawn to this practice, which is similar to unfair competition or parasitism. As you know, the most famous form of “brandjacking” is the purchase, by an economic actor – most often an online comparator – of a brand that does not belong to it through the Google Ads auction platform. The goal is to take advantage of the brand’s reputation in order to attract customers and take commissions. As a result, the victims are forced to buy their own name on Google Ads. This is not acceptable! It is urgent to put an end to this practice by neutralizing the ECJ case law, according to which the system put in place by Google does not infringe the right of the brands (the search engine “cannot be held responsible” for the keywords purchased through its auction platform).

Brexit is also a source of concern. The position of the Commission’s Chief Negotiator is very clear: “Brexit must not lead to a loss of existing intellectual property rights”. The draft Withdrawal Agreement provides that the holder of an EU trademark registered before 31st December 2020 will become the owner of a British trademark. In addition, those who have simply applied for registration of an EU trademark before 31st December 2020 will have – for 9 months from the end of the transitional period – a priority for filing a trademark, while retaining the date of registration of the EU trademark. These provisions have already been agreed by the negotiators. On the other hand, there is still uncertainty about how to convert EU registered marks before the end of the transitional period. Will it be automatic and free? More than one million EU brands are potentially concerned. Other questions arise, including whether the United Kingdom will transpose, before leaving the EU, the Directive to approximate the laws of the Member States relating to trade marks. This question is all the more legitimate since London was in favour of the so-called “Nokia-Philips” ECJ case law, which, as you know, puts an end to the possibility for the European customs authorities to retain suspected infringing goods from and to a third country that are not intended to be marketed on the EU market.

In addition to strengthening the fight against counterfeiting, the “trademark package” includes many provisions which implementation will facilitate the registration and protection of trademarks for the benefit of the growth and competitiveness of European companies, in particular SMEs. I do not need to list them. You know them all by heart[1].

Before my conclusion, I would like to return to the topic of counterfeiting. In order to combat this scourge more effectively, France has strengthened its legislation in 2014 and 2016. The law of 11 March 2014 has improved the method for establishing damages amounts. It has also expanded customs intervention capabilities. As for the law of 3 June 2016, it has tightened the penalties applicable to aggravated counterfeit offenses, which are now punishable by 7 years imprisonment and a 750,000-euro fine.
Our legislation is relatively complete. However, new initiatives are needed to strengthen the protection of trademarks and other IPRs. The fight against cyber-counterfeiting is the number one priority of the CNAC. Our goal is to involve online payment intermediaries more closely in the fight against counterfeiting in order to dry up the financial resources of websites that infringe on intellectual property rights. This is the “follow the money” approach.
In concrete terms, the CNAC promotes creating a single window to centralize the reporting of websites that massively infringe on intellectual property rights. Such a scheme has been tested by the National Gendarmerie from November 2016 to February 2017. I hope that a permanent scheme is quickly put in place. To this end, I encourage the private sector to create an information collection unit. This cell would transmit the most important files to the National Gendarmerie, which, after any further investigations, would decide whether to refer the case to prosecutor’s office or not.
Among the CNAC’s other proposals is creating an intellectual property tribunal for businesses, modelled on the one set up in the United Kingdom. The aim is twofold: to facilitate SMEs’ access to justice and to simplify the resolution of small intellectual property disputes. In the United Kingdom, the Intellectual Property Enterprise Court (IPEC) has proved its effectiveness. An evaluation report shows that its implementation instilled a new legal culture, which would probably be good to import into France.
Still with regard to the judiciary, the specialization of the civil courts should be further strengthened. For several years, I have been advocating for a ceiling of four or five – instead of ten – of the number of High Courts exclusively competent in the area of trademarks.
Finally, I wish for specialization in the law of intellectual property of a small number of magistrates. Such a reform would, in my opinion, make it possible to standardize case law, to increase legal certainty and thus to make our judicial system even more attractive.
The review by the Senate of the 2018-2022 programming and justice reform bill will be an opportunity to debate all these issues.

Thank you for your attention. I wish you fruitful and constructive discussions.

[1] Lower registration fees (replacement of the “three classes” package by a “single class” tax system); removal of the requirement of graphic representation as a condition of validity of a mark (possibility of registering as audio, audio-visual, olfactory or gustatory signs); addition of new grounds for refusal of registration and annulment of the mark (previous existence of national protections relating to geographical indications, appellations of origin, traditional specialties guaranteed and traditional terms for wines, denominations of plant variety); strengthening the opposition procedure before registration; creation of an administrative procedure of revocation and nullity; etc.

Impression 3D et propriété intellectuelle: réunion du Comité anti-contrefaçon de la Fédération des industries mécaniques

Le 7 septembre, je me suis rendu à la Maison de la Mécanique (Courbevoie) afin de participer à une réunion consacrée aux questions soulevées par l’impression 3D au regard de la propriété intellectuelle.

Organisée par le Comité anti-contrefaçon de la Fédération des industries mécaniques (CAFIM), cette réunion a rassemblé de nombreux représentants des entités membres de la FIM (entreprises, syndicats et fédérations professionnels).

Elle a été ouverte par le directeur des affaires juridiques de la FIM, Patrick GAILLARD. Après avoir rappelé le poids économique de la filière mécanique (près de 30.000 entreprises, environ 130 milliards d’euros de chiffre d’affaires, plus de 600.000 salariés), il a présenté les initiatives prises par le CAFIM (kit anti-contrefaçon pour les salons professionnels, enquête sur l’impact de la contrefaçon, négociations avec l’INPI et les douanes en vue de la conclusion d’un accord de partenariat, kit pour le dépôt de plainte, réflexion sur l’étiquetage, réflexion sur la prise en charge des sinistres, etc.)

Dans un deuxième temps, un responsable du Syndicat des machines et technologies de production (SYMOP) a présenté un état des lieux de la fabrication additive et des problèmes juridiques posés par le déploiement de cette technologie.

J’ai ensuite présenté les conclusions du rapport que le CNAC avait réalisé en 2016 avec le soutien de l’Observatoire de la propriété intellectuelle de l’INPI: inopportunité d’étendre le principe de la rémunération pour copie privée aux technologies de l’impression 3D; adaptation du statut des intermédiaires de l’impression 3D (création, pour les plateformes, d’un statut hybride, entre celui d’éditeur et celui d’hébergeur); mise en place d’une offre légale par filière, en collaboration avec les intermédiaires de l’impression 3D et avec le soutien des pouvoirs publics. J’ai par ailleurs évoqué le fait que le Parlement européen a récemment adopté une résolution dans laquelle il propose notamment l’application du principe de la rémunération pour copie privée (« si une copie en 3D constitue une copie privée, les lois nationales qui régissent l’exception de copie privée s’appliqueront à ce type de copie, y compris en ce qui concerne la compensation ou le recouvrement »).

Pour sa part, le président de la commission de réflexion du Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique (CSPLA), Olivier JAPIOT, conseiller d’État, a principalement mis l’accent sur la triple nécessité de responsabiliser les différents acteurs de la filière (fabricants de matériels et de logiciels, plateformes d’hébergement des fichiers 3D, services d’impression professionnels, établissements d’enseignement et de recherche), d’encourager le développement de l’offre légale de fichiers 3D sur les plateformes en ligne et de favoriser l’élaboration de mesures techniques de protection efficaces (tatouage numérique, empreinte numérique).

Après un échange de vues avec les participants, M. GAILLARD a proposé d’établir un plan d’actions relatif à l’impression 3D.

Entretien avec une délégation russe

Le 5 septembre, je me suis entretenu au Sénat avec une délégation russe conduite par Liubov KIRIY, directrice générale adjointe du Service fédéral pour la propriété intellectuelle (Rospatent).

Mme KIRIY était accompagnée de la vice-présidente de l’association des petites et moyennes entreprises russes (Opora Rossii), Natalia ZOLOTYKH, de plusieurs membres de la représentation commerciale de la Russie en France et de nombreux représentants d’administrations compétentes en matière de propriété intellectuelle (Institut fédéral de la propriété industrielle, Service fédéral anti-monopole, Agence fédérale du médicament, Ministère de l’industrie et du commerce, Ministère du développement économique, Ministère de l’agriculture, Bureau du Procureur général de la Fédération, Douanes, Université d’État pour la justice).

Le nouveau conseiller régional pour la propriété intellectuelle à l’ambassade de France à Moscou, Nelson EMERI, et mon collaborateur parlementaire, Vincent TOINEL, ont également participé à cette rencontre, qui s’est tenue la veille de la douzième réunion du Groupe de travail franco-russe sur la protection de la propriété intellectuelle et la lutte contre la contrefaçon.

Placé sous la tutelle du Ministère du développement économique, Rospatent est l’organisme chargé de délivrer l’ensemble des titres de propriété intellectuelle, à l’exception des obtentions végétales, qui relèvent de la compétence du Ministère de l’agriculture.

En 2013, un tribunal pour la propriété industrielle a été créé sous l’impulsion de Rospatent. Ce tribunal est une juridiction de première instance principalement pour les recours introduits contre les décisions prises par Rospatent. Il fait également office de cour de cassation pour l’ensemble du contentieux de la propriété intellectuelle. Certains juges ont une double formation, juridique et technique. À cet égard, Mme
KIRIY a insisté sur la nécessité de constituer un vivier suffisant d’experts en propriété intellectuelle, qui fait actuellement défaut en Russie (l’Académie étatique de propriété intellectuelle ne forme pas suffisamment de spécialistes). Pour ce faire, Rospatent travaille en collaboration avec le ministère russe de l’éducation.

Mme KIRIY m’a informé qu’un dispositif de lutte contre le piratage des oeuvres audiovisuelles sur Internet est en vigueur depuis 2013 (blocage de l’accès aux contenus illicites, blocage des sites en cas de récidive ou de refus d’exécution).

Elle m’a également indiqué qu’une Commission étatique chargée de la lutte contre la contrefaçon a été créée en 2015. Elle est rattachée au Ministère de l’industrie et du commerce.

De plus, il semble que la chambre haute du parlement russe, le Conseil de la Fédération, comprenne un comité chargé de la propriété intellectuelle. Composé de sénateurs et de membres de la société civile, il se penche notamment sur les questions liées aux indications géographiques.

Par ailleurs, Mme KIRIY m’a signalé l’existence de Anticontrafact. Cette association regroupe plusieurs organismes de lutte anti-contrefaçon de pays membres de la Communauté des États indépendants. Depuis 2012, elle organise un forum annuel auquel l’Union des fabricants (Unifab) a déjà participé. Elle lancera prochainement un portail électronique.

Pour ma part, j’ai présenté à mes interlocuteurs le dispositif français de lutte contre la contrefaçon (organisation et fonctionnement des juridictions, compétences des douanes, loi du 11 mars 2014, etc.). Je leur ai également présenté le rôle et le fonctionnement du CNAC.

J’ai par ailleurs attiré leur attention sur la nécessité d’abandonner l’utilisation des termes « champanskoye » et « kaniak » pour désigner des produits fabriqués en Russie et n’ayant aucun lien avec le Champagne et le Cognac.

Enfin, j’ai fait part de mon désaccord s’agissant de la légalisation des importations parallèles.

« Ne vous faites pas des vacances en toc »: l’Unifab a lancé sa campagne estivale de sensibilisation aux dangers de la contrefaçon

Le 5 juillet, je me suis rendu à Cannes afin de participer au lancement, par l’Union des fabricants (Unifab), de sa campagne estivale de sensibilisation aux dangers de la contrefaçon, organisée en partenariat avec le Comité national anti-contrefaçon (CNAC), l’Institut national de la propriété industrielle (INPI) et les Douanes.

Le président de l’Unifab, Christian PEUGEOT, le directeur général des douanes et droits indirects, Rodolphe GINTZ, le directeur général de l’INPI, Romain SOUBEYRAN, et moi avons été accueillis à la mairie par le premier magistrat de la ville, David LISNARD.

Placé sous le haut patronage du ministre de l’action et des comptes publics, Gérald DARMANIN, cet évènement a été l’occasion, pour M. PEUGEOT, de rappeler les principaux résultats d’un récent sondage Ifop pour l’Unifab : 37% des Français (de 15 ans et plus) ont déjà volontairement acheté de la contrefaçon ; 66% d’entre eux déclarent avoir utilisé les mots clés « cheap/pas cher » sur les moteurs de recherche pour trouver des faux produits ; 71% des 15-18 ans affirment télécharger des biens culturels (films, musiques, logiciels) sans se préoccuper du cadre légal.

Pour ma part, j’ai notamment présenté les pistes de réforme suggérées par le CNAC, dont l’Unifab est un membre très actif.

Après la conférence de presse, nous avons visité une exposition réalisée par les douanes. L’évènement s’est conclu par une destruction de produits contrefaisants.

Jusqu’au 18 août, les équipes de l’Unifab vont sillonner les plages et les marchés du sud de la France (Cannes, Nice, Saint-Tropez, Ramatuelle, Pampelonne, Antibes, Juan-les-Pins, Cassis, Bandol, Marseille, Aix-en-Provence, Biarritz, Saint-Jean-de-Luz, etc.) afin de donner à nos concitoyens « des conseils et astuces pour éviter de devenir les complices des contrefacteurs, qui ne connaissent pas de frontières, en achetant de faux produits ». Des tracts et des cartes postales seront distribués aux vacanciers, qui se verront également offrir des objets à l’effigie de la campagne, intitulée « Ne vous faites pas des vacances en toc » (T-shirts, casquettes, sacs, etc.).

Pour en savoir plus, vous pouvez lire le dossier de presse publié par l’Unifab en cliquant ici.

Conférence du CNAC sur le PACTE, le brevet européen à effet unitaire et la JUB

La septième conférence du CNAC s’est tenue au Sénat le lundi 25 juin.

Dans un premier temps, Olivier DESCHILDRE, adjoint au chef du bureau de l’innovation et de la propriété industrielle à la direction générale des entreprises (ministère de l’économie et des finances), a présenté les dispositions relatives à la propriété intellectuelle qui figurent dans le projet de loi relatif à la croissance et la transformation des entreprises: création d’une demande provisoire de brevet (durée limitée à un an); modernisation du certificat d’utilité (allongement de 6 à 10 ans de la durée du certificat, possibilité de transformer le certificat en demande de brevet); création d’une procédure d’opposition aux brevets d’invention; transposition du « paquet marques » (abandon du système de dépôt forfaitaire au profit d’un système de dépôt mono-classe, création d’une procédure administrative en matière de déchéance et de nullité des marques nationales, réforme du système français des marques collectives de certification, etc.).

Vous pouvez lire la présentation de M. DESCHILDRE en cliquant ici.

Dans un second temps, Stéphanie ROBIN-RASCHEL, chef du bureau du droit commercial général à la direction des affaires civiles et du sceau (ministère de la justice), et Max BRUNNER, chargé de mission auprès du chef du service des affaires européennes et internationales du ministère de la justice, ont présenté l’état d’avancement de la mise en place du brevet européen à effet unitaire et de la juridiction unifiée du brevet (JUB).

Vous pouvez lire la présentation de Mme ROBIN-RASCHEL et M. BRUNNER en cliquant ici.

Observatoire européen du commerce illicite: 4 questions à Richard Yung, président du CNAC

Le 24 mai, j’ai répondu aux questions de l’Observatoire européen du commerce illicite.

Le Comité national anti-contrefaçon (CNAC) est une structure informelle française qui réunit des acteurs publics et privés concernés par le respect des droits de propriété intellectuelle et la lutte anti-contrefaçon. Son objectif principal est de faire en sorte que la défense des droits de propriété intellectuelle occupe une place plus importante dans l’agenda politique. Avec l’appui de l’INPI et de l’Unifab, il mène des actions de communication et de sensibilisation (campagne de communication sur Internet, conférences thématiques, rencontres avec des délégations étrangères, etc.). Il formule également des propositions de réformes législatives et réglementaires.

Eurobsit : Selon vous, la France se protège-t-elle suffisamment de la contrefaçon ?

Sénateur R. Yung : « La France dispose d’un arsenal législatif particulièrement étoffé. La lutte anti-contrefaçon a été renforcée par la loi du 11 mars 2014 (renforcement des dédommagements civils accordés aux victimes de contrefaçon ; amélioration des conditions de démantèlement des réseaux de contrefaçon ; facilitation de l’établissement de la preuve de la contrefaçon ; renforcement des capacités d’intervention des douanes). Je souhaite qu’un premier bilan de l’application de ce texte soit prochainement dressé. Il importe notamment d’analyser l’évolution du montant des dommages et intérêts, et de voir si la tendance est à la hausse.

Il est, par ailleurs, à noter que le quantum des peines applicables aux délits aggravés de contrefaçon a été augmenté en 2016, dans le cadre d’une loi relative à la lutte contre le financement du terrorisme. Les délits de contrefaçon commis en bande organisée ou sur un réseau de communication au public en ligne sont ainsi désormais punis de 7 ans d’emprisonnement et 750.000 euros d’amende.

Plus récemment, une loi adoptée en 2017 a doublé le délai de prescription applicable au délit de contrefaçon en matière pénale (6 ans au lieu de 3 ans). Il sera intéressant de voir si cette réforme entraînera une augmentation du nombre d’affaires traitées par le juge pénal. Actuellement, les victimes de contrefaçon ont tendance à privilégier la voie civile, qui est plus rapide et offre souvent une meilleure visibilité quant à l’indemnisation du préjudice.

Il conviendrait de compléter ces réformes législatives par un renforcement de l’éducation à la propriété intellectuelle. Constatant que les jeunes de 15 à 24 ans sont les plus tolérants vis-à-vis de la contrefaçon et du piratage, j’ai suggéré au ministre de l’éducation nationale d’intégrer un volet « propriété intellectuelle » dans les programmes d’enseignement moral et civique. Sur ce point, je peux compter sur le soutien de l’Office de l’Union européenne pour la propriété intellectuelle (EUIPO), qui gère un réseau chargé des questions de propriété intellectuelle dans l’éducation. »

E. : Pensez-vous qu’en Europe les textes de loi concernant la répression de la contrebande et de la contrefaçon cernent suffisamment l’ampleur du phénomène ?

Sénateur R. Yung : « Pour ce qui concerne les initiatives prises au niveau européen, elles sont, à mon sens, globalement insuffisantes, au regard du développement exponentiel de la cyber-contrefaçon.

Je regrette que la révision de la directive de 2004 relative au respect des droits de propriété intellectuelle, dite « IPRED », ne constitue pas une priorité de la Commission européenne. Cette dernière s’est jusqu’ici contentée de publier des « orientations » visant à faciliter l’interprétation et l’application de cette directive. De nombreux titulaires de droits ont fait part de leur grande déception, que je partage.

En matière de lutte contre les contenus illicites en ligne portant atteinte aux droits de propriété intellectuelle, la Commission a récemment publié des recommandations (mise en œuvre de procédures de notification et de retrait plus claires, mise en place d’outils automatisés permettant de détecter et de supprimer tout contenu illicite, etc.). D’ici à la fin de l’été prochain, les États membres et les entreprises doivent informer la Commission des mesures prises pour donner suite à ses recommandations. Ce n’est qu’ensuite que l’exécutif européen évaluera la nécessité d’adopter des mesures législatives.

Selon moi, il est urgent de procéder à une refonte de la directive dite « e-commerce », qui a été adoptée il y a près de vingt ans ! Depuis 2011, je plaide pour la création d’un nouveau statut d’intermédiaire en ligne, celui d’éditeur de services (sites collaboratifs dits « 2.0 », sites de vente aux enchères, etc.). Étant donné qu’ils retirent un avantage économique direct de la consultation des contenus hébergés, même lorsque ces derniers sont illégaux, les éditeurs de services devraient être soumis à un régime de responsabilité intermédiaire, plus clément que celui des éditeurs mais plus sévère que celui des hébergeurs. Le Premier ministre s’est récemment déclaré en faveur d’une telle réforme, qu’il souhaite promouvoir auprès de nos partenaires européens. Je m’en félicite.

Tout en déplorant le manque d’ambition de la Commission européenne, je salue son initiative visant à créer une liste européenne des marchés sous surveillance en matière de propriété intellectuelle. Cette liste devrait être publiée d’ici à la fin de cette année. »

E. : Quelles sont les préconisations du CNAC pour contrer la contrefaçon ?

Sénateur R. Yung : « La lutte contre la cyber-contrefaçon est la priorité numéro un du CNAC. Nous souhaitons impliquer plus étroitement les intermédiaires de paiement en ligne dans la lutte anti-contrefaçon afin d’assécher les ressources financières des sites internet qui contreviennent massivement aux droits de propriété intellectuelle. À cette fin, j’encourage le secteur privé à créer un guichet unique chargé de centraliser les signalements relatifs aux sites susceptibles de contrevenir à la loi. Ce guichet transmettrait les dossiers les plus importants aux services répressifs, qui, au regard des informations collectées par le secteur privé et après d’éventuelles investigations complémentaires, décideraient de saisir ou non le parquet.

Parmi les autres propositions du CNAC figure la suppression définitive des noms de domaine portant atteinte à des droits de propriété intellectuelle. En l’état actuel de la législation, ces noms de domaine, une fois supprimés, retombent dans le domaine public et peuvent dès lors être enregistrés par de nouveaux demandeurs. Cette situation n’étant pas acceptable, je souhaite qu’il y soit rapidement mis fin.

Par ailleurs, j’appelle de mes vœux la création d’un tribunal de la propriété intellectuelle pour les entreprises, sur le modèle de celui mis en place au Royaume-Uni (Intellectual Property Entreprise Court). L’objectif est double : simplifier le règlement des litiges portant sur un faible montant et faciliter l’accès à la justice des PME victimes de contrefaçon. Actuellement, certains titulaires de droits – à commencer par les PME – sont dissuadés de saisir la justice en raison, d’une part, de coûts de procédure disproportionnés par rapport au montant de la demande et, d’autre part, de délais de jugement trop longs. »

E. : Quels sont les avantages de la collaboration des secteurs privé et public dans la lutte contre la contrefaçon ?

Sénateur R. Yung : « Les entreprises et les pouvoirs publics collaborent en bonne intelligence dans le cadre des quatre groupes de travail du CNAC (sensibilisation et communication ; coopération internationale ; aspects normatifs et juridictionnels ; cyber-contrefaçon), qui sont chacun co-présidés par un représentant du secteur public et un représentant du secteur privé. Ces groupes de travail favorisent l’échange d’informations et facilitent le partage de bonnes pratiques.

Pour ce qui concerne le secteur public, je souhaite le renforcement du pilotage interministériel de la lutte anti-contrefaçon via la mise en place d’une instance légère de coordination, qui pourrait être une version élargie de l’actuel comité Bercy. »

Cet entretien a été publié sur le site internet de l’Observatoire.

Une version en anglais est disponible en cliquant ici.

Colloque sur la place de la cour d’appel de Paris dans le droit de la propriété intellectuelle

Le 24 mai, j’ai introduit un colloque sur la place de la cour d’appel de Paris dans le droit de la propriété intellectuelle.

Cet évènement a réuni plus de 200 participants (magistrats, professeurs de droit, avocats, etc.), qui ont été accueillis par David PEYRON, premier président de chambre à la cour d’appel de Paris.


Vous trouverez, ci-dessous, le texte de mon intervention.

Monsieur le président Peyron,
Mesdames, messieurs les magistrats,
Mesdames, messieurs,


C’est un plaisir pour moi d’intervenir devant vous ce matin dans ce palais de justice qui a retrouvé un peu de calme alors que se poursuit le ballet des camions de déménagement.

Monsieur Peyron, vous avez parfaitement expliqué les raisons pour lesquelles la cour d’appel de Paris occupe une place essentielle dans le droit de la propriété intellectuelle. Sa spécificité participe d’un mouvement de concentration des compétences en matière de propriété intellectuelle. Ce mouvement n’est pas récent. Comme vous le savez, la compétence exclusive du TGI en matière de marques existe depuis 1964 et c’est en 2002 que le TGI de Paris a reçu une compétence exclusive en matière de marques communautaires.
Plus récemment, la loi du 29 octobre 2007 de lutte contre la contrefaçon a marqué une étape très importante dans la spécialisation des juridictions. À l’initiative du Sénat, elle a, d’une part, transféré la compétence en matière de propriété intellectuelle des tribunaux de commerce vers les TGI et, d’autre part, renvoyé au pouvoir réglementaire le soin de spécialiser certains d’entre eux. Le TGI de Paris est ainsi exclusivement compétent pour les brevets et les produits semi-conducteurs. Dix TGI, dont celui de Paris, sont par ailleurs compétents pour les contentieux relatifs aux autres titres de propriété intellectuelle.
Cette concentration des compétences est légitime, au regard de la complexité de la grande majorité des affaires en matière de propriété intellectuelle. Elle va dans le sens de l’Histoire et correspond à la situation en vigueur dans de nombreux autres pays européens. Elle présente également de nombreux avantages. Non seulement elle améliore le fonctionnement de l’institution judiciaire, mais elle est aussi et surtout un élément essentiel du rayonnement international du droit français et de l’attractivité juridique du territoire français, dans un contexte de forte concurrence des systèmes juridiques nationaux.

C’est pourquoi je milite en faveur de la poursuite de ce mouvement de concentration.

Il conviendrait tout d’abord de renforcer encore davantage la spécialisation des juridictions civiles. Depuis plusieurs années, je plaide pour un plafonnement à quatre ou cinq du nombre de TGI exclusivement compétents en matière de marques, de dessins et modèles, d’indications géographiques et de propriété littéraire et artistique. Quant au contentieux marginal des obtentions végétales, il serait plus qu’opportun de le confier au seul TGI de Paris et donc, par voie de conséquence, à la cour d’appel de Paris. Le nombre minimal de TGI spécialisés en matière d’obtentions végétales a certes été supprimé du code de la propriété intellectuelle en 2011. Cependant, le tableau V annexé au code de l’organisation judiciaire indique que dix TGI sont toujours compétents pour connaître des actions en matière d’obtentions végétales. Cela n’est pas raisonnable lorsque l’on sait que ce contentieux représente en moyenne une dizaine d’affaires par an.
Je souhaite, par ailleurs, insister sur la nécessité de préserver les moyens humains dont disposent la cour d’appel de Paris et, plus largement, les juridictions spécialisées en droit de la propriété intellectuelle. À cet égard, je regrette que les effectifs de la troisième chambre du TGI de Paris et du pôle 5 (vie économique) de la cour d’appel de Paris aient récemment été réduits. Cette décision est difficilement compatible avec l’objectif consistant à réduire les délais de jugement et à les rapprocher de ceux pratiqués chez certains de nos voisins européens. En Allemagne, par exemple, une action en contrefaçon dure en moyenne de 6 à 15 mois en première instance, contre 12-18 mois en France.

Pour ce qui concerne les juridictions pénales, je pense qu’il serait opportun de franchir un pas sur la voie de la spécialisation. Dans un rapport que j’avais commis en 2011, je proposais, d’une part, de maintenir la compétence des juridictions spécialisées et des juridictions interrégionales spécialisées (JIRS) pour les dossiers respectivement complexes et très complexes de contrefaçon et, d’autre part, de spécialiser quatre ou cinq tribunaux correctionnels pour les délits de contrefaçon « ordinaires ».
Une telle spécialisation est d’autant plus nécessaire que le nombre d’affaires traitées par le juge pénal sera peut-être amené à augmenter au cours des prochaines années, compte tenu de l’allongement du délai de prescription de l’action publique applicable au délit de contrefaçon en matière pénale. Comme vous le savez, il est désormais de 6 ans au lieu de 3 ans alors que le délai de prescription en matière civile reste fixé à 5 ans.

Les deux réformes que je viens d’évoquer devraient, selon moi, être complétées par un rapprochement entre magistrats pénalistes et civilistes. Afin de garantir un meilleur dialogue des juges et une harmonisation des montants d’indemnisation des titulaires de droits, je propose de créer, au sein de chacun des TGI spécialisés, une chambre mixte de propriété intellectuelle associant des magistrats civilistes et pénalistes.


Par ailleurs, il me semble nécessaire de simplifier le règlement des petits litiges et de faciliter l’accès à la justice des PME victimes de contrefaçon. Cette réflexion part du constat que certains titulaires de droits – à commencer par les PME – sont actuellement dissuadés de saisir la justice en raison, d’une part, de coûts de procédure disproportionnés par rapport au montant de la demande et, d’autre part, de délais de jugement trop longs. Afin de lever ces obstacles, je propose la création d’une juridiction spécialisée, sur le modèle de celle mise en place au Royaume-Uni.
L’Intellectual Property Enterprise Court (IPEC) a été créée en 2013 au sein de la division de la Chancellerie de la Haute cour de justice. Elle met en œuvre une procédure destinée aux PME, dite « multi-track ». Le montant des coûts de procédure est plafonné à £50.000. Quant au montant maximal des dommages et intérêts, il est fixé à £500.000. Chaque année, pas moins de 250 affaires sont traitées dans le cadre de cette procédure, qui offre davantage de sécurité juridique aux PME.
Il existe aussi une procédure dite « small claims track » pour les litiges dont le montant est inférieur à £10.000. Elle concerne uniquement le droit d’auteur, les marques ainsi que les dessins et modèles non enregistrés. Chaque année, environ 100 affaires sont traitées dans le cadre de cette procédure simplifiée, qui est, semble-t-il, particulièrement prisée par les photographes en litige avec des agences de presse.
Il est également à noter que les délais sont très encadrés. La durée maximale des audiences est ainsi de deux jours.
Un rapport d’évaluation publié en 2015 montre que la mise en place de l’IPEC a porté ses fruits et instillé une nouvelle culture juridique. Je pense qu’il serait utile de s’en inspirer.

Outre le renforcement de la spécialisation des structures, il conviendrait d’aller plus loin dans la spécialisation des magistrats. Au cours des dernières années, plusieurs initiatives ont été prises par la chancellerie s’agissant de la formation et du déroulement de carrière des magistrats. Des formations traitant du contentieux de la propriété intellectuelle sont dispensées. Des stages sont organisés pour les magistrats désireux d’approfondir leurs connaissances en matière de propriété intellectuelle. Par ailleurs, une session intitulée « les propriétés intellectuelles » est proposée en option dans le cycle approfondi d’études en droit de l’entreprise, qui s’adresse à des magistrats souhaitant acquérir un socle de compétences techniques et une culture du monde de l’entreprise. Quant aux entretiens de carrière, ils permettent d’« identifier les magistrats bénéficiant d’un parcours professionnel qui les qualifie particulièrement pour traiter du contentieux de la PI ». Ces dispositifs vont dans le bon sens car ils contribuent à favoriser une meilleure adéquation entre les compétences des magistrats et les profils de poste.
Il importe, à mon sens, d’approfondir cette démarche. Dans un référé de 2014 sur la politique publique de lutte contre la contrefaçon, la Cour des comptes recommande au Gouvernement de spécialiser en droit de la propriété intellectuelle un petit nombre de magistrats. Je souscris pleinement à cette recommandation, dont la concrétisation permettrait de renforcer la sécurité juridique et donc de rendre notre système judiciaire encore plus attractif. Il serait opportun de permettre à des magistrats de consacrer la totalité de leur carrière à la propriété intellectuelle, que ce soit dans des juridictions, dans des organismes spécialisés (INPI, OEB, EUIPO, etc.) ou dans des autorités administratives indépendantes telles que l’HADOPI.
Dans l’attente d’une telle réforme, il faut veiller à éviter le renouvellement simultané de la totalité des magistrats dans une même juridiction afin de préserver la capacité d’expertise et la mémoire des dossiers.

Je souhaite profiter de cette tribune pour réitérer mon espoir de voir l’accord relatif à une juridiction unifiée du brevet entrer en vigueur d’ici à la fin de cette année, afin que les premiers brevets européens à effet unitaire puissent être délivrés au début de l’année prochaine. La récente ratification britannique a fait renaître une lueur d’espoir. La mise en place de la JUB est désormais suspendue à la décision de la cour constitutionnelle allemande. Cette décision devrait, semble-t-il, être rendue cet été ou à la rentrée.
Se posera ensuite la question de la participation effective du Royaume-Uni à la JUB après le Brexit. Je souhaite que les dispositions permettant d’assurer cette participation ou la sortie du Royaume-Uni de la JUB soient incluses dans l’accord de retrait qui doit être conclu d’ici au mois d’octobre.
Je constate avec beaucoup de satisfaction que Paris est fin prête pour accueillir la division centrale du tribunal de première instance. Comme vous le savez, le protocole sur les privilèges et immunités de la JUB a été ratifié par la France il y a quelques mois. Par ailleurs, une ordonnance a récemment été prise par le Gouvernement afin, d’une part, d’assurer la compatibilité de notre législation avec le « paquet brevet » et, d’autre part, de mettre en œuvre l’accord intergouvernemental du 19 février 2013.

La mise en place de la JUB va faire évoluer le travail de la cour d’appel de Paris. Le volume d’affaires qu’elle aura à traiter diminuera progressivement, sa compétence exclusive en matière de brevets européens « classiques » étant vouée à se rétrécir pendant et surtout après la période transitoire de sept ans – renouvelable une fois – prévue par l’accord sur la JUB.
Pendant la période transitoire, la compétence du TGI et de la cour d’appel de Paris sera en concurrence avec celle de la JUB. En effet, les actions en contrefaçon ou en nullité portant sur des brevets européens délivrés en vertu des dispositions de la convention de Munich pourront être portées, au choix du demandeur, soit devant la JUB, soit devant le TGI de Paris. Afin de tirer les conséquences de cette compétence concurrente temporaire, le Gouvernement a prévu de garantir aux justiciables un égal accès au juge via la mise en cohérence de notre droit avec les dispositions de l’accord sur les délais de prescription et la qualité pour agir en contrefaçon. Je m’en réjouis.
Après l’expiration de la période transitoire, la JUB jouira d’une compétence exclusive en ce qui concerne les brevets européens à effet unitaire et les brevets européens « classiques ». Quant à la compétence exclusive du TGI et de la cour d’appel de Paris, elle sera limitée aux actions portant sur les brevets européens « classiques » qui, d’une part, auront été délivrés ou demandés avant la fin de la période transitoire et, d’autre part, auront fait l’objet d’une dérogation à la compétence exclusive de la JUB, et cela pour la durée de vie desdits brevets.

Avant de conclure, je souhaite vous demander, à vous les magistrats, quel premier bilan vous tirez de la mise en œuvre de la loi du 11 mars 2014 renforçant la lutte contre la contrefaçon. Je souhaite en particulier savoir quelle est l’évolution du montant des dédommagements civils accordés aux victimes de contrefaçon. Il semble que la jurisprudence française ne soit pas complètement harmonieuse sur la question de la fixation des dommages et intérêts. D’après les quelques informations dont je dispose, certaines décisions du TGI de Paris estiment que la prise en considération distincte des différents chefs de préjudice (conséquences économiques négatives, préjudice moral, bénéfices réalisés par l’auteur de l’atteinte aux droits) n’impose pas pour autant de faire le cumul de ces éléments. En d’autres termes, il ne s’agirait que de simples éléments d’appréciation n’entraînant pas un cumul obligatoire des sommes. Je serais heureux d’entendre vos observations sur ce point.

Je vous remercie de votre attention et vous souhaite des débats fructueux et constructifs.