La lutte contre la contrefaçon, une priorité de l’UE en matière de criminalité organisée

Le 26 mai, le Conseil de l’UE a fixé les dix priorités du prochain cycle politique de l’UE pour lutter contre la grande criminalité internationale organisée (2022-2025).

Ces priorités ont été définies sur la base de l’évaluation des menaces criminelles effectuée par EUROPOL : réseaux criminels présentant un risque élevé ; cyberattaques ; traite des êtres humains ; exploitation sexuelle des enfants ; trafic de migrants ; trafic de stupéfiants ; fraude et criminalité économique et financière ; criminalité organisée contre les biens ; criminalité environnementale ; trafic d’armes à feu.

Je me réjouis de constater que la lutte contre la contrefaçon figure parmi les sous-priorités de la priorité relative à la fraude et la criminalité économique et financière. Selon le Conseil, cette sous-priorité « devrait être mise en œuvre dans le cadre d’un plan d’action opérationnel ».

Alors qu’elle faisait partie des priorités du cycle 2014-2017, la lutte contre la contrefaçon ne figure pas parmi les priorités du cycle actuel (2018-2021).

Dans le cadre de la plateforme pluridisciplinaire européenne contre les menaces criminelles (EMPACT), « les États membres, les agences et autres intervenants de l’UE coopéreront étroitement pour faire face aux menaces criminelles en utilisant des outils tels que la formation des services répressifs et des actions opérationnelles conjointes pour démanteler les réseaux criminels, leurs structures et leurs modèles économiques ».